Comités provinciaux

  ANTI-SOUS-TRAITANCE

HISTORIQUE

Le comité provincial anti-sous-traitance a été créé suite à une résolution du congrès biennal de la section locale 1500, tenu à Granby en 1990. La résolution se lit comme suit : « Le SCFP crée un comité ayant pour mandat de recueillir toutes les données permettant de démontrer, entre autre, la non-rentabilité de l’utilisation de la sous-traitance ».

Les membres du comité provincial sous-traitance sont nommés par le comité exécutif provincial en décembre 1990, et il se rencontra pour la première fois en mars 1991.

L’ACTION SYNDICALE

La mobilisation des membres de notre section locale est le gage de réussite dans la lutte contre la sous-traitance.

RÔLE DU RESPONSABLE RÉGIONAL

Le rôle du responsable régional est de toujours être aux aguets de tous les sous-traitants qui œuvrent dans la région, secteur ou local. Il fait le suivi des appels d’offres régionaux. Il doit défendre, en relations de travail, au niveau régional, les dossiers de sous-traitance de sa région.

Il doit être en étroite collaboration avec les membres du comité provincial sous-traitance pour tenir ceux-ci informés des dossiers de sa région afin de permettre la coordination avec les autres régions.

LA SOUS-TRAITANCE À SERVICES PARTAGÉS… ANCRÉE DANS NOS MŒURS!

À Hydro-Québec, nous avons l’habitude de travailler dans les installations et d’y rencontrer assez souvent des entrepreneurs, ou sous-traitants, qui sont là pour réaliser des travaux qui se feraient très facilement à l’interne si ce n’était du manque de personnel. Depuis plusieurs années, nous le savons, l’embauche à Hydro-Québec se fait rare, surtout pour les travailleurs syndiqués.

MAIS POURQUOI ??? Nous sommes en droit de nous poser certaines questions. Pourtant, l’entreprise a pris de l’expansion et le réseau s’agrandit chaque année. Les appareils du réseau de transport ont besoin de réfections majeures, ayant atteint, et même dépassé, leur durée de vie utile. Les travaux sont énormes en production, tous les alternateurs sont en réfection perpétuelle, les bâtiments sont vieux, dans la plupart des cas, et ont besoin de plus d’entretien. Mais bizarrement, malgré ces besoins criants, le personnel syndiqué n’augmente pas, aucune embauche, sinon très peu, face aux besoins. Alors, comment s’y prend la direction pour accomplir toute cette masse de travail ? La réponse est simple et vous la connaissez aussi : La sous-traitance, la solution facile dont nos gestionnaires s’accommodent aisément. En effet, quoi de plus facile que de prendre le téléphone, d’appeler un sous-traitant et de lui demander de faire des travaux d’entretien, de réparation, de rénovation et autres.

L’entreprise possède de nombreux bâtiments. Que ce soit une centrale, un bâtiment de poste, un garage, des bureaux administratifs, tous les terrains et dépendances à entretenir, ça fait beaucoup de travail pour les métiers en bâtiment et civil, mais ne vous en faites pas, pas de panique, nos cadres ont la solution bien en main, un sous-traitant. Voilà ! Tout est réglé, plus de problèmes, et avec quelle facilité, un coup de téléphone et tout se fait sans que le contremaître n’ait à faire autre chose que téléphoner et payer la facture. Ouf ! Quelle journée…

Que penser de la facilité avec laquelle l’administration fait exécuter des travaux qui nous sont dévolus et dont le 1500 a accrédité les emplois. En agissant ainsi, la direction n’a pas l’obligation d’embaucher de nouveaux employés, de prévoir la relève et de suivre l’évolution de l’entreprise.

Que faire alors ? Si vous avez la solution miracle, appelez-nous, ça nous aidera. L’entretien des bâtiments est un élément très important pour conserver la valeur marchande des bâtisses que possède Hydro-Québec, et nous sommes là pour les garder en bon état, réaliser les travaux nécessaires à leur bon fonctionnement, et nous en sommes fiers. On vous demande de plus en plus souvent de surveiller les travaux qui sont réalisés par un entrepreneur, de lui ouvrir les portes, de lui montrer où sont tous les circuits électriques, allant jusqu’à lui fournir de l’outillage et de l’équipement ou du matériel pour réaliser son travail.

Est-ce normal ? Je vous le demande. C’est le moyen de vous faire avaler la pilule : Un sous-traitant va faire ton travail mais toi, tu vas l’accompagner. Belle ‘tite job ! Pas trop fatiguant, tu lui débarres les portes, etc. Je suis sûr que si vous travaillez dans les bâtiments, vous avez probablement vécu cette situation qui devient très frustrante pour les syndiqués du 1500. En agissant ainsi, la direction n’a plus besoin d’embaucher du nouveau personnel, de remplacer les départs à la retraite et de combler les postes vacants, ce qui entraîne la diminution du personnel d’entretien dans les bâtiments, cela est inévitable. La complaisance de nos gestionnaires va mettre en péril certains métiers si nous n’agissons pas. C’est pourquoi, depuis plusieurs années, nous travaillons à des ententes avec l’entreprise afin de mieux contrôler le flux de sous-traitants qui hante nos installations. Les prochaines années seront très importantes, car il y aura un grand nombre de syndiqués du 1500 qui prendront leur retraite. Il faudra alors être de plus en plus vigilant, car nos gestionnaires auront facilement tendance à glisser vers la sous-traitance, plutôt que d’embaucher de travailleurs spécialisés syndiqués au 1500.

Mais soyez sûrs que nous serons à l’affût. Déjà, vous avez des responsables dans chaque région à qui vous pouvez référer des cas de sous-traitance dans vos milieux de travail, vous pouvez également vous adresser à votre délégué syndical qui obtiendra les informations nécessaires pour contrer la sous-traitance. Hydro-Québec est une entreprise florissante qui génère beaucoup de profits et ne doit donc pas avoir de contraintes d’embauche pour son personnel. Alors, occupons-nous de notre relève, protégeons ces emplois de qualité qui sont convoités par les sous-traitants.
Agissons et protégeons notre avenir.

RÔLE DU COMITÉ PROVINCIAL ANTI-SOUS-TRAITANCE

Son mandat provient de l’exécutif provincial. Il se doit de mettre tout l’effort nécessaire pour garder les travaux à l’interne.

Les membres du comité donnent le support aux responsables régionaux ainsi qu’aux officiers syndicaux qui en font la demande. Ils font le suivi des documents d’appels d’offres provinciaux.

Explication des travaux à l’interne et à l’externe

Travaux qui doivent être réalisés à l’interne.

Production : Tous les travaux touchant l’appareillage de production en centrale. Exemple :entretien de l’équipement, modification, amélioration, installation de nouveaux équipements ainsi que les auxiliaires servant aux appareils de production autant au niveau mécanique qu’électrique. Tous les travaux civils tels que réparation et entretien de bétonnage, menuiserie, peinture, drain, plate-forme, climatisation du bâtiment, ventilation, etc. doivent être réalisés à l’interne.

Exclusion : creusage, érection d’une fondation et construction d’une nouvelle centrale.

Transport : Tous les travaux de transport quels qu’ils soient peuvent être réalisés à l’interne, soit entretien de lignes de transport, réparation, changement d’isolateurs, montage et démontage des tours, câbles de garde, même la construction d’une nouvelle ligne peut être réalisée à l’interne.

Exclusion : dynamitage.

Distribution : Tous les travaux de distribution, aérien et souterrain peuvent être réalisés à l’interne, soit entretien des lignes, changement de lignes, d’isolateurs de poteaux et construction complète d’une nouvelle ligne.

Exclusion : dynamitage.

Poste : Tous les travaux dans les postes de production, de transport de répartition, peuvent être réalisés à l’interne, soit entretien de transformateurs, unités de mesure, sectionneurs, malt, clôtures, disjoncteurs, structures, caniveaux etc.

Exclusion : bétonnage et creusage pour nouvelle installation, mais l’installation de l’appareillage peut être réalisée à l’interne.

Formulaire de non-conformité

Claude Bourget
Responsable du comité anti-sous-traitance
514.387.4485
soustraitance@scfp1500.org